Ayo

Capture d’écran 2014-04-12 à 15.22.58  Capture d’écran 2014-04-12 à 15.47.03

Une révolution dans un gant de velours 

Avec sa voix caressante, Ayo nous propose un concert et un nouvel album qui oscille entre soul et rap, l’inspira- tion d’une pasionaria de la chanson nourrie aux émotions fortes. 

Ayo, de son vrai nom Joy Olasunmibo Ogunmakin est engagée et attachée à ses racines. Son style se situe aux confins de la soul, de la pop et du folk. Mais aussi, du rap, réellement mis en avant dans le dernier opus Ticket to the world. Savant mélange de force et douceur, la chanteuse a plusieurs cordes à son arc puisqu’elle compose et interprète. Le nombre de ses disques vendus se compte en millions. Sur scène, elle se veut généreuse, ouverte et…se laisse le droit d’improviser. “Avant, j’étais très stressée avant d’entrer sur scène, à la limite du malaise ! Maintenant, j’essaie de rester calme pour entrer en connexion avec mon public”.

Ce n’est pas la première fois qu’elle joue en France. En fait, elle affectionne tout particulièrement le public français, qu’elle compare à son premier petit copain. Ayo, chanteuse allemande d’origine nigériane et tzigane, a sorti son premier album il y a près de dix ans. Depuis le célèbre titre «Down on my knees», l’artiste a fait du chemin. Dans ce quatrième album intitulé «Ticket to the world», elle aborde différents thèmes lui tenant à cœur. Et retrouve des sonorités rap.

Elle a un français à faire rougir tous les apprenants et un accent à peine perceptible. Ayo se livre avec facilité dans un français loin d’être approximatif. Alors quand on évoque son amour pour la musique, la machine est lancée ! Car en plus d’écrire elle-même ses textes, Ayo compose et interprète. Guitare sous le bras, elle arpente les routes depuis une dizaine d’années. Elle le clame haut et fort, c’est l’amour qui la fait avancer. «Pas que l’amour pour partenaire mais l’amour avec un grand A. Celui que l’on offre à ses amis, sa famille, les gens qui nous entourent». Cela, Ayo en est persuadée : «la langue internationale, c’est l’émotion». Et son dernier album en est empli.

Si les seize titres de Ticket to the world n’abordent pas tous le même thème, ils ont en commun d’être engagés. «La chanson Ticket to the world parle d’une personne de ma famille décédée d’un cancer…elle n’a pas pu changer de pays aussi facilement que souhaité, ça l’aurait peut-être sauvé…alors oui, d’une certaine façon, je dénonce la discrimination : pourquoi certaines personnes auraient-elles un mauvais passeport ?». L’injustice mais aussi les racines, deux thèmes majeurs qui inspirent les textes de la chanteuse. «Chaque chanson porte un message, bien sûr ! Et puis la vie est tellement riche : l’inspiration est par- tout ! Avec la musique, on peut rire, pleurer, avoir des idées !».

À la question de savoir ce qu’elle aurait fait si elle n’était pas tombée dans la musique, Ayo peine à trouver une réponse. «Je ne sais pas…actrice peut-être ?». Elle n’aura pas besoin de jouer le 18 juillet prochain à Vitrolles tant le partager et chanter vrai mais aussi la liberté sont des valeurs importantes à ses yeux. On a hâte de la retrouver sur scène.

Le site

Facebook